• Labour du champs

    Labour du champs de riz avec un motoculteur

  • Décorticage de riz

    Décorticage de riz

  • Contre les OGM

    Mobilisation contre les OGM

  • écoles agro-écologiques

    Rencontre des quatre écoles agro-écologiques à Nyéléni-Sélingué

  • stop aux accaparements des terres

    accaparement des terres

  • bétails

    bétails

  • champs de mil

    champs de mil

  • Repiquage de riz à Niono

    repiquage riz

  • Bananes

    bananes

  • Poisson

    poisson

  • Forum paysan à kolongo

    forum paysan

  • Produits maraichers

    légumes

  • Femmes rurales

    femmes rurales

  • Centre Nyéléni

    nyéléni

  • Lait

    lait

     

Nous suivre

                             

 

Nouvelles du pays

POLITIQUES AGRICOLES
 
positPOSITIONS DES OP
 

 

documDOCUMENTATION
 
PAPAM
Vendredi, 15 Mai 2015 23:20
PDF Imprimer Envoyer

L’agriculture demeure l’un des moteurs clés de l’ensemble de l’économie. L’agriculture au Mali est dépendante de la pluviométrie dans la plupart des cas et est sérieusement vulnérable aux risques environnementaux (sécheresse, inondations, irrégularité pluviométrique, invasion des criquets pèlerins). L’ensemble de la production céréalière a connu une importante augmentation au Mali durant les deux dernières décennies et à un rythme consistant par rapport à la croissance de la population: entre 1984 et 2004, la production du riz a  passé de 190 000 à 850 000 tonnes métriques tandis que celle du  mil aussi a augmenté de 715 000 à 950 000 tonnes. Cependant, à part l’exception remarquable du riz, les rendements ont connu une relative stagnation et souvent même un recul des niveaux déjà bas de production. Tout compte fait, l’augmentation de la production vivrière au Mali s’explique par l’agrandissement des espaces cultivés alors que les sols sont progressivement dégradés.  

Néanmoins, le payss’affiche aujourd’hui en tant qu’exportateur de produits agricoles en vrac tandis que la production céréalière, en théorie couvre 98 % des besoins nationaux.  Le coton demeure le principal produit d’exportation, contribuant à 25 % du total des revenues d’exportation pour le pays en 2005, suivi par les produits du cheptel. Les importations majeures (y compris l’aide alimentaire) constituent le riz en provenance de l’Asie avec le blé mais aussi comportent les produits laitiers. Les importations céréalières ont sérieusement décliné d’une moyenne annuelle de 150 000 tonnes durant les années 1979-89 à un niveau aussi bas de 45 000 tonnes pendant les dix dernières années (1990-2001). 

L'objectif de Développement du projet PAPAM est d'augmenter la productivité de petits producteurs impliqués dans des systèmes de productions et dans les secteurs géographiques ciblés par des interventions du projet.

 

icone wordTéléchargez ici le document de base PAPAM

Annexe 4: Description détaillée 

Annexe 5: les arrangements d'implémentation 

Annexe 6: Modalités de mise en oeuvre

 
Nous avons 73 invités en ligne