• Labour du champs

    Labour du champs de riz avec un motoculteur

  • Décorticage de riz

    Décorticage de riz

  • Contre les OGM

    Mobilisation contre les OGM

  • écoles agro-écologiques

    Rencontre des quatre écoles agro-écologiques à Nyéléni-Sélingué

  • Stop aux accaparement des terres

    Stop aux accaparement des terres

  • Bétails

    Bétails

  • Champs de sorgho

    Champs de sorgho

  • Répiquage de riz à Niono

    Répiquage de riz à Niono

  • Régime de banane

    Régime de banane

  • Poisson

    Poisson

  • Forum de kolongo

    Forum de kolongo contre les accaparements des terres

  • Produits maraîchers

    Produits maraîchers

Nous avons 35 invités en ligne

Nouvelles du pays

Déclaration stop aux accaparements des terres
Samedi, 23 Mai 2015 15:57
PDF Imprimer Envoyer

Nous, paysannes et paysans, pastoralistes, peuples autochtones ainsi que nos alliés, réunis pour la première fois à Nyéléni du 17 au 19 Novembre 2011, sommes venus des quatre coins du monde pour partager nos expériences et nos luttes contre l'accaparement des terres. 

Il y a un an, nous avons soutenu l'appel de Kolongo lancé par des organisations paysannes au Mali, qui sont aux avant-postes de la résistance locale contre l'accaparement des terres agricoles et les aliénations de la terre des paysans en Afrique.

Nous nous sommes rassemblés à Nyéléni en réponse à l'Appel de Dakar, qui invite les peuples à former une alliance mondiale contre l'accaparement des terres. Car nous sommes déterminés à défendre la souveraineté alimentaire, les biens communs et les droits d'accès des petits producteurs d'aliments aux ressources naturelles.

Au Mali, le gouvernement, dans sa politique de promouvoir les investissements privés dans l’Agriculture,  à céder près de 800 000 hectares de terres à des investisseurs privés. Ces terres appartiennent à des communautés qui y vivent depuis des générations, voire depuis des siècles, alors que l'Etat malien n'a été créé que dans les années 1960. Cette situation se retrouve dans de nombreux autres pays dans lesquels les droits coutumiers ne sont pas reconnus. Déposséder les communautés de leurs terres est une violation tant de leurs droits coutumiers que de leurs droits historiques.

pdf buttonTéléchargez la Déclaration stop au accaparements des terres